Créer un site internet

Goniométrie

 

Goniométrie de la hanche 

(5 pages)

 

Page 1 : Présentation 

Page 2 : Abduction/Adduction

Page 3 : Rotation médial/latéral

Page 4 : Flexion

Page 5 : Extension

 

Présentation

 

La goniométrie est une technique de mesure des angles définissant les amplitudes articulaires, nous utilisons un  goniomètre de Labrique, il présente 2 branches, une branche mobile et une branche fixe qui l’est par rapport au cadran, il présente l’avantage de donner directement la verticale.

Notre mesure doit être fiable et reproductible, pour cela nous utilisons au maximum des repères osseux.

Les mesures se font en mode actif et passif.

 

La limite d’amplitude articulaire pourra être de 4 origines différentes :

 

  • Cutanée : cicatrices, brûlures…
 
  • Musculaire : soit due à une contracture (contraction réflexe permanente douloureuse d’une certaine partie ou de la totalité du muscle, nous observons une douleur à la palpation, à la contraction et à l’étirement), soit due à l’hypoextensibilité.
 
  • Ligamentaire : la fin de course est ferme et élastique due à la tension capsulo-ligamentaire.
 
  • Osseuse : contact dur en fin de course, arrêt brutal sec ne pouvant être dépassé.

 

 

 

L’abduction / Adduction

 

Le mouvement s’effectue dans le plan frontal selon un axe sagittal et présente une norme ABD/ADD 40/0/20 en passif et en actif.

 

Position du patient

 

Le patient est placé en décubitus, le membre controlatéral en abduction en dehors de la table, permettant de fixer le bassin en épuisant l'amplitude d'abduction de la hanche controlatérale ; le pied est placé sur un tabouret pour éviter les tensions ligamentaires au niveau du genou (fig. 6).

Cette position peut être inconfortable pour le patient, nous nous contenterons d'une abduction controlatérale "maximale possible" pour le sujet que nous maintiendrons avec notre main controlatérale

 

mesure de l’angle en abduction

 
Position du kinésithérapeute

 

Le kinésithérapeute se place du côté homolatéral.

 

Position du goniomètre

  

position du goniomètre pour créer notre repère orthonormé

 

Nous avons 2 moyens d’effectuer cette mesure.

 

  • Le centre du goniomètre sera en regard du centre articulaire c'est-à-dire en projection de la tête fémorale et nous construisons notre repère orthonormé en plaçant une branche qui passe par les deux têtes fémorales et la deuxième qui regarde en direction du milieu du bord supérieur de la patella.
 
  • Le centre du goniomètre sera en regard de l’E.I.A.S et nous construisons notre repère orthonormé en plaçant une branche qui passe par les deux épines iliaques antéro supérieures (E.I.A.S), la deuxième regarde en direction du bord latéral de la patella.

 

Nous privilégierons la deuxième solution car elle est plus précise puisqu’elle utilise 2 repères osseux qui vont suivre les mouvements du bassin en cas de compensation.

 

Une fois la limite atteinte, il est possible de poser le membre puis nous mesurons l’angle obtenu.

 

Nous obtenons donc un repère orthonormé à partir duquel nous mesurons les amplitudes en mesure indirecte. Il s’agit du « zéro » articulaire qui est par convention de 90°.

 

Puisque nous sommes en lecture indirecte il faudra soustraire à l’angle obtenu  l’angle de 90° trouvé comme le zéro de référence.

 

 

 L'abduction

 

  • En mode actif, nous demandons au patient d’écarter son membre de l’axe médian du corps  jusqu’à sa limite en vérifiant que le patient n’utilise pas de compensation.
 
  • En mode passif, nous effectuons une prise berceau sous l’articulation du genou avec une main située au niveau postéro médial de la partie inférieure de la cuisse puis nous réalisons le mouvement passivement.

 

Lors des différentes mesures nous veillons à limiter les compensations qui sont une rotation latérale homolatérale ou une élévation de l’hémi bassin homolatéral.

 

L'adduction

 

 

  • En mode actif, nous demandons au patient de rapprocher son membre de l’axe médian du corps  jusqu’à sa limite en vérifiant que le patient n’utilise pas de compensation.
 
  • En mode passif, nous effectuons une prise berceau sous l’articulation du genou avec une main située au niveau postéro latéral de la partie inférieure de la cuisse puis nous réalisons le mouvement passivement.

 

Lors des différentes mesures nous veillons à limiter les compensations qui sont une rotation médiale homolatérale ou un abaissement de l’hémi bassin homolatérale.

 

Position du goniomètre pour la mesure en adduction

 

Les mouvements de rotation

 

Le mouvement s’effectue dans le plan horizontal selon un axe vertical et présente une norme d’amplitude de 80°, elle peut être asymétriquement répartie RM/RL mais elle doit être répartie symétriquement entre les 2 membres.

Il faut différencier le mouvement lorsqu’il est effectué avec une flexion de hanche ou hanche tendue. En effet si la hanche est tendue le système ligamentaire est en tension alors que hanche fléchie le système ligamentaire est détendu.

 

Position du patient

 

position du patient lors de la mesure goniométrique en rotation latérale

 

  • Le patient est assis au bord de la table aves les jambes pendantes. Il faut que le fémur soit horizontal pour que le centre articulaire se projette au milieu de la patella.
 
  • Le centre du goniomètre est en projection du centre articulaire. Nous utilisons la branche mobile pour marquer la verticale et la branche fixe suit l’axe tibial, vise le milieu de la ligne bi malléolaire.

  

  • Si le patient est dans l’incapacité de pouvoir être assis (œdème…) :
 
Position en décubitus lors de la mesure de rotation latérale
 
 

Il est possible de mettre le patient en décubitus et de réaliser une flexion de hanche et de genou, le segment jambier est soutenu par une prise en berceau par le kinésithérapeute. Attention il faut que le segment fémoral soit bien vertical.

 

Le centre du goniomètre sera placé en regard du centre articulaire soit la patella. La branche mobile est l’axe du corps (nous pouvons viser ici l’épaule du patient) et la branche fixe est positionnée dans l’axe du tibia et vise le milieu de la ligne bi malléolaire. Le problème de cette technique repose dans la reproductibilité par différents praticiens, en effet l’axe du corps est un repère large. 

 

 

  • Le patient est placé en décubitus avec le genou fléchi en bord de table le membre controlatéral est en flexion de hanche et de genou sur la table pour éviter l’hyperlordose lombaire. Le centre du goniomètre est en projection du centre articulaire. Nous utilisons la branche mobile pour marquer la verticale et la branche mobile suivra l’axe tibia.

 

 

  • Le patient est placé en décubitus hanche tendue genou tendu
 
 

Position du patient en rotation latérale hanche tendue

 

La projection du centre articulaire se fait au niveau du talus, nous utilisons la branche mobile comme verticale et la branche fixe dans l’axe du 2ème métatarsien.

 

Rotation latérale

 

Afin de mesurer l’amplitude de rotation latérale hanche fléchi, nous demandons au patient d’amener le segment jambier vers l’intérieur en gardant le genou fixe jusqu’à sa limite en vérifiant que le patient n’utilise pas de compensation puis nous réalisons la mesure, cette mesure sera active. Pour la mesure en passif le M.K. réalise le mouvement.

 

Afin de mesurer l’amplitude de rotation latérale hanche tendue, nous demandons au patient d’amener le bord latéral du pied sur la table puis nous réalisons la mesure.

 

Rotation médiale

 

Nous demandons au patient d’amener le segment jambier vers l’extérieur en gardant le genou fixe jusqu’à sa limite en vérifiant que le patient n’utilise pas de compensation puis nous réalisons la mesure.

 

Afin de mesurer l’amplitude de rotation médiale hanche tendue, nous demandons au patient d’amener le bord médial du pied sur la table puis nous réalisons la mesure. 

 

Compensations

 

Pour la rotation médiale :

 

  • Le patient peut effectuer une élévation de l’hémi bassin homolatéral par le carré des lombes.
 
  • Pour limiter cette compensation nous pouvons soit demander d'arrêter le mouvement dès que le bassin bouge, soit demander au patient de se tenir à la table du côté homolatéral.

 

Pour la rotation latérale :

 

  • Le patient peut effectuer l'élévation de l'hémi bassin controlatéral. Pour limiter cette compensation nous pouvons soit demander d'arrêter le mouvement dès que le bassin bouge, soit demander au patient de se tenir à la table du côté controlatéral.
 
  • Il peut effectuer une abduction pour la limiter nous plaçons une main au niveau de la partie distale de la face latérale de la cuisse.

 

La flexion

 

Le mouvement s’effectue dans le plan sagittal selon un axe transversal.

 

  • La flexion du complexe lombo pelvi fémoral (C.L.P.F.) présente une norme de F/E 140/0/20 en passif et de 120/0/20 en actif et correspond à la flexion de l’articulation coxo-fémorale et de la flexion de la colonne lombaire
 
  • La flexion de l’articulation coxo-fémorale présente une norme de F/E 110/0/20 en passif et de 105/0/5 en actif.
 

La flexion fonctionnelle est celle du C.L.P.F mais en cas de déficit nous ne connaissons pas la cause. Pour cela, nous mesurons 2 angles différents qui n’ont pas les mêmes repères, il s’agit de l’angle du C.L.P.F. et l’angle de la coxo-fémorale.

 

Le zéro de référence conventionnel est l’angle spino-trochantéro-fémoral qui mesure 130° plus ou moins 20°, il est propre à chacun. La particularité des mouvements de flexion extension est qu’il n’existe pas de réelle position zéro.

 

Angle de référence = angle spino trochantéro fémoral (S.T.F.)

 

Pour le mesurer, nous plaçons le centre du goniomètre en regard de l’angle antéro supérieur du grand trochanter, la branche mobile est en direction de l’E.I.A.S. et la branche fixe en direction du condyle latéral du fémur.

 

 

Mesure de l’angle S.T.F.

 

Flexion du complexe lomb- pelvi-fémoral

 

Le patient est en décubitus.

Nous plaçons le centre du goniomètre en regard de l’angle antéro supérieur du grand trochanter, la branche mobile est en direction du condyle latéral fémoral et la branche fixe est parallèle à la table.

 

position du goniomètre lors de la mesure du C.L.P.F.

 

Pour réaliser la flexion du complexe nous demandons au patient d’amener le genou le plus proche de sa poitrine et nous réalisons la mesure en actif. Pour la mesure en passif nous  amenons le genou du patient le plus proche de sa poitrine.

 

Flexion de la coxo-fémorale

 

 

 

 

Mesure de l’angle S.T.F.

Le patient est en décubitus.

 

Nous mesurons l’angle S.T.F., puis une fois la flexion réalisée nous plaçons le goniomètre avec la branche fixe vers l'E.I.A.S. et la branche mobile vers le condyle fémoral latéral. Puis nous effectuons la soustraction : Amplitude de l'angle STF - Angle de flexion avec les repères indiqué ci-dessus.

Classiquement : 130 - 40 = 90°

 

Pour réaliser la flexion de la coxo-fémorale nous demandons au patient d’amener le genou à la poitrine et nous réalisons la mesure en actif. En passif le mouvement est réalisé par la MK. 

 

L’extension

 

Le mouvement s’effectue dans le plan sagittal selon un axe transversal et présent une norme F/E 110/0/20 en passif

 

Position du patient

 

position des membres en extension avec l’angle S.T.F.

 

Nous plaçons le patient en latérocubitus controlatéral avec le membre infra latéral fléchi pour augmenter le polygone de sustentation et fixer la colonne lombaire. Nous maintenons le membre avec une prise en berceau pour faire la mesure de l’angle S.T.F. Cet angle est l'angle mesuré en décubitus et sert de référence pour l'extension.

  

Nous plaçons le centre du goniomètre en regard de l’angle antéro supérieur du grand trochanter, la branche mobile est en direction de l’E.I.A.S. et la branche fixe en direction du condyle latéral du fémur.

 

Nous demandons au patient d’amener le membre inférieur vers l’arrière en essayant de ne pas bouger le bassin ni de faire d’hyperlordose lombaire. Le kinésithérapeute réalisera une prise berceau au niveau du genou pour ne pas le mettre en porte à faux, puis nous réalisons la mesure.

 

 

  

position du goniomètre pour la mesure de l’extension.

 
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
×